Une Monnaie pour Paris !

Penser global & Agir local

Monnaie locale complémentaire et citoyenne, qu’es accó ?

Qu’est-ce qu’une monnaie locale, ou MLCC ?

Une Monnaie Locale Complémentaire & Citoyenne (MLCC) est une monnaie complémentaire liée à un territoire, une sorte de bons d’achats locaux et ré-utilisables (un mix entre un ticket restaurant et un billet de banque), valables auprès de prestataires répondant à une Charte de respect de l’humain et de l’environnement.

Sans remplacer totalement l’euro, elle permet de favoriser et dynamiser l’économie locale tout en étant un outil d’éducation populaire de réappropriation citoyenne de l’économie, légal et reconnu par la loi. Elle est citoyenne car elle permet de prendre en commun et démocratiquement des décisions, reprenant en main une partie du pouvoir aujourd’hui aux mains de gouvernements et d’une Banque centrale européenne privée, indépendante et non démocratique.

À différencier des SEL, des monnaies complémentaires (Coopek), des monnaies virtuelles (Bitcoin) ou des crédits inter-entreprises (WIR).

Vous pouvez retrouver le manifeste du réseau des MLCC en cliquant ici.

Notre profession de foi est désormais disponible en cliquant ici !

billets de monnaies locales MLC.jpg

Ça vient d’arriver ?

Des MLC existent un peu partout en France depuis 2010 et à travers le monde depuis de nombreuses années, notamment depuis la crise économique de 2007-2008, avec les premiers exemples notables en Europe liés à la crise financière de 1929, à l’entre-deux-guerres ou à la reconstruction européenne après 1945.

Au 1er octobre 2016 :
+ de 5000 monnaies alternatives dans le monde (jusqu’à 15 000 si l’on prend en compte d’autres formes comme les SEL, Systèmes d’échanges locaux)
+ de 35 MLC en circulation en France
+ de 40 MLC actuellement en création en France, dont notre projet Une monnaie pour Paris !

Pour jeter un coup d’oeil à des supers MLC(C) existantes :

A quoi ça sert ?

Une MLC sert à dynamiser l’économie locale et les échanges solidaires. Elle ne remplace pas l’euro, c’est pourquoi on la dit «complémentaire», mais fonctionne en parallèle.

Parce que 97 % de la monnaie euro circule aujourd’hui pour la spéculation sur les marchés financiers, alors qu’une monnaie locale sert l’économie réelle.

Elle permet de remettre la monnaie au service des échanges locaux, lutter contre les spéculations boursières et faire évoluer les comportements des consommateurs vers plus d’éthique et de respect. Une monnaie dépensée localement, est réutilisée localement et crée ainsi une économie dynamique.

Pourquoi en faire partie ?

Faire partie d’un réseau solidaire, réduire son empreinte écologique, donner de la visibilité à une consommation éco-responsable… S’engager ensemble pour soutenir l’économie locale de notre ville se perdant peu à peu dans l’uniformité des designers d’Instagram, Airbnb et Starbucks qui tuent les petites boutiques, l’artisanat et la production locale. Faire vivre les artisan-e-s, petits commerces et producteurs-trices du coin alors que l’on voit des productions partir à la poubelle et l’agriculture paysanne mourrir alors que l’on fait venir nos produits de plusieurs milliers de kilomètres.

En tant que citoyen-ne mon pouvoir d’achat reste le même, voire augmente, pourtant chaque euro que je converti en monnaie locale profite quadruplement au territoire :

Economie :

La monnaie locale circule en tant que monnaie pour acheter des biens et services, crée directement de la richesse sur le territoire et soutient la création d’emplois locaux, en circulant de 3 à 10 fois plus vite et créant d’autant plus d’interactions et d’emplois.

Social :

Les euros déposés en fond de garantie pourront permettre le financement d’autres projets locaux et améliorent le bien vivre ensemble, tissent un nouveau lien social, rendent le sens du collectif au travers de nos échanges.

Solidarité :

En réglant mes achats en monnaie locale, j’encourage des professionnels qui s’engagent à intégrer et faire progresser le local, le social et l’environnemental dans leurs activités et leurs échanges.

Écologie :

Grâce à la relocalisation de la production, je réduis considérablement les transports et donc l’empreinte carbone de ma consommation, mais j’encourage aussi les entreprises à se tourner vers les énergies renouvelables, l’agriculture biologique et le recyclage.

En tant que commerçant-e je m’inscrit dans un réseau, une plateforme économique locale, je gagne une visibilité et un label auprès de la population de plus en plus demandeuse de produits locaux, de qualité, et éthiques, et ainsi une nouvelle clientèle fidèle qui me soutiendra dans mes projets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s